Soigner ou guérir?

Avec la multiplication des enquêtes sur l’efficacité de certains médicaments et leur retrait de la liste de la pharmacopée remboursée par la sécurité sociale, nous sommes entrés dans une nouvelle ère de la santé. L’heure du « tout-chimique » ne convient plus à tout le monde, et c’est dans cette perspective que se pose la question : doit-on soigner ou guérir ?

Jouons un peu avec les mots. « Soigner » peut aussi s’écrire « soi-nier », c’est-à-dire nier le soi. L’on peut ainsi désigner la médicamentation aveugle qui va administrer des remèdes en masse et de façon protocolaire, sans prendre en compte la personnalité du patient (ni, par conséquent, les effets secondaires indésirables).

L’acupuncture traditionnelle propose un autre mode de thérapeutique : celui de la considération du patient dans une approche globale et climatique.

Le patient dont le climat intérieur n’est pas adapté au climat ambiant est en situation de maladie. Celle-ci est caractéristique de l’état intérieur du patient, donc du patient lui-même ; elle est directement déclenchée par l’organisme dans le but de rétablir la concordance entre climat intérieur et climat extérieur !

L’action thérapeutique en acupuncture traditionnelle sera donc double : d’une part, le thérapeute rétablit, par son savoir-faire, la concordance entre les climats intérieur et extérieur ; et d’autre part, le patient, guidé par le praticien, a pour mission de tout mettre en œuvre pour ne pas se replacer en déséquilibre intérieur.

Cette vigilance trouve son terrain d’application au travers de ce que l’on peut appeler « l’hygiène de vie » : alimentation, rythmes, fréquence des émotions, etc.

Ces deux étapes sont nécessaires pour rétablir la tranquillité du cœur. Le patient se sent plus léger, puisque l’organe principal de l’élément Feu, a savoir le cœur, a retrouvé la sérénité dont il a besoin. Le Feu peut donc se manifester de façon équilibrée par le rire et la joie de vivre, ce que l’on peut écrire « gai rire » ou « guérir ».

Passer de « soigner » à « guérir » suppose donc, entre autres, une prise de conscience et une participation active de la part du patient dans le processus thérapeutique proposé par le praticien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s